28 avril 2019

Vous revoir Monsieur de Obaldia....

 

rene_de_obaldia

Jusqu'à notre salon des 1er et 2 juin prochains, sur mon blog, quelques mots de René de Obaldia. 

Voilà aujourd'hui une belle citation de 1956 extraite de Fugue à Waterloo : 

"Comment l'être aimé qui nous arrive en plein coeur, un bel après-midi d'été, ou un soir, un de ces instants innombrales où l'on ne prend pas garde, peut-il avoir existé sans notre secours ?"

C'est beau non ?

Véronique Blandin

 

Posté par veromel58 à 11:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]


27 avril 2019

Sans y penser....

vieuxcoeur

 

 

Il est parti sans prévenir, claquant la porte,

Emportant tous les souvenirs,

S'emparant des sourires,

Il a pris la fuite sans préavis, 

De son pas de souris,

Il a voulu qu'on l'oublie,

Il n'a laissé derrière lui,

Qu'une flaque comme la pluie, après l'orage,

Quel dommage, 

Et lui aussi pourtant il en rage,

De tant d'agacement,

C'est navrant, désolant,

Mais quelle mouche l'a piqué ?

Quel effronté, 

Il aurait voulu la garder, 

Mais elle s'est détournée, 

Il ne fallait pas la négliger, 

Pas agir sans y penser, 

Maintenant sur la vague du temps, 

La vie reprend,

De plus belle, elle s'émerveille,

Elle aura assez de vieillir,

Sans y penser ...

Véronique Blandin

 

 

 

Posté par veromel58 à 11:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2019

Les bouquinistes, incontournables ....

bouquinistes_

Dès que je peux retourner à Paris, j'irai forcément les revoir. J'y passerai certainement un temps infini...

Ils vendent du bonheur, du rêve, des trésors ...

J'ai hâte !

 

 

 

Véronique Blandin

 

Posté par veromel58 à 17:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2019

Quelles femmes n'auraient pas voulu s'appeler Elsa sous la plume d'Aragon ??

aragon

 

C'est Jean Ferrat qui m'a fait découvrir Aragon. Depuis, très réguliérement, je relis ce grand poète. Il savait si bien parler d'amour ! Quelles femmes n'auraient pas voulu s'appeler Elsa sous la plume d'Aragon ??

 

Voilà deux jolis poèmes pour vous faire rêver !!

 

 

Elsa au miroir

 

C'était au beau milieu de notre tragédie 
Et pendant un long jour assise à son miroir 
Elle peignait ses cheveux d'or Je croyais voir 
Ses patientes mains calmer un incendie 
C'était au beau milieu de notre tragédie 

Et pendant un long jour assise à son miroir 
Elle peignait ses cheveux d'or et j'aurais dit 
C'était au beau milieu de notre tragédie 
Qu'elle jouait un air de harpe sans y croire 
Pendant tout ce long jour assise à son miroir 

Elle peignait ses cheveux d'or et j'aurais dit 
Qu'elle martyrisait à plaisir sa mémoire 
Pendant tout ce long jour assise à son miroir 
À ranimer les fleurs sans fin de l'incendie 
Sans dire ce qu'une autre à sa place aurait dit 

Elle martyrisait à plaisir sa mémoire 
C'était au beau milieu de notre tragédie 
Le monde ressemblait à ce miroir maudit 
Le peigne partageait les feux de cette moire 
Et ces feux éclairaient des coins de ma mémoire 

C'était un beau milieu de notre tragédie 
Comme dans la semaine est assis le jeudi 

Et pendant un long jour assise à sa mémoire 
Elle voyait au loin mourir dans son miroir 

Un à un les acteurs de notre tragédie 
Et qui sont les meilleurs de ce monde maudit 

Et vous savez leurs noms sans que je les aie dits 
Et ce que signifient les flammes des longs soirs 

Et ses cheveux dorés quand elle vient s'asseoir 
Et peigner sans rien dire un reflet d'incendie

 

Les mains d'Elsa

 

Donne-moi tes mains pour l'inquiétude 
Donne-moi tes mains dont j'ai tant rêvé 
Dont j'ai tant rêvé dans ma solitude 
Donne-moi tes mains que je sois sauvé 
Lorsque je les prends à mon propre piège 
De paume et de peur de hâte et d'émoi 
Lorsque je les prends comme une eau de neige 
Qui fuit de partout dans mes mains à moi 
Sauras-tu jamais ce qui me traverse 
Qui me bouleverse et qui m'envahit 
Sauras-tu jamais ce qui me transperce 
Ce que j'ai trahi quand j'ai tressailli 
Ce que dit ainsi le profond langage 
Ce parler muet de sens animaux 
Sans bouche et sans yeux miroir sans image 
Ce frémir d'aimer qui n'a pas de mots 
Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent 
D'une proie entre eux un instant tenue 
Sauras-tu jamais ce que leur silence 
Un éclair aura connu d'inconnu 
Donne-moi tes mains que mon coeur s'y forme 
S'y taise le monde au moins un moment 
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme 
Que mon âme y dorme éternellement …

Posté par veromel58 à 16:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2019

Besoin de votre avis sur ce texte écrit en mai 2016

vieuxcoeur

Une larme accrochée au coeur ...

 

Elle n'avait rien de plus, rien de moins, 

Seulement une allure légère ! 

"Un je ne sais quoi, 

Un je ne sais qui",

Une lueur au fond de l'oeil,

Des lèvres fines,

Un teint de perle,

Une taille de guêpe,

Des jambes comme un point d'exclamation !

Elle n'avait rien de plus, rien de moins, 

Qu'un petit air chagrin, parfois mutin,

Une larme accrochée au coeur,

A fleur de peau,

Coeur écorché, genoux brûlés,

Patins de satin aux pieds,

Emmêlée dans un tulle suranné,

Gestes maîtrisés,

Tête en arrière, 

Corps tendu, muscles bandés, 

Quelques notes de musique égrenées,

Entrechats, soubresauts,

C'est l'allegro qui l'anime,

Ce n'est que dans l'adagio,

D'un cygne noir, 

Qu'elle décrochera,

Cette larme accrochée au coeur...

 

Mai 2016 Véronique Blandin

 

Posté par veromel58 à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 avril 2019

Un dimanche avec lui ....

jeanetsonchien

 

Comme il me manque. Je me demande souvent ce qu'il dirait sur tout ce qui se passe en France, dans le monde ! 

Il est évident que pas une journée sans penser à lui, sans chantonner une de ses mélodies, sans dévier de ses pas et de ses valeurs ....

Alors aujourd'hui je savoure ces quelques chansons ...

Ecoutez ...

 

 Véronique Blandin

 

 

Posté par veromel58 à 09:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2019

Prix Litter'halles 2019 : les 7 finalistes sont :

denisbrillet

Photo salon 2018 Denis Brillet lauréat 

Dans quelques semaines vous connaitrez le lauréat 2019 qui succèdera à notre ami Denis Brillet. Le Prix Litter'halles 2019 sera dévoilé le dimamche 2 juin lors de notre salon de Decize.

Quels sont les 7 finalistes de cette année ?

Aux fils du calvaire de Jean-Luc Manet Editions Antidata

La plus jeune des frères Crimson de Thierry Covolo Editions Quadrature

Elle et lui de Pierrette Gobin-Vaillant Editions Vent des lettres

Samhain d'Eric Chesneau Ella Editions

Le jour est aussi une colère blanche d'Eric Brucher Editions Luce Wilquin

Nous sommes de grands chiens bleus de Laurence Albert Editions Antidata

Je n'arrivais pas à dormir de Ahmed Kalouaz Editions Le mot et le reste

 

Alors pour connaître l'heureux gagnant, rendez-vous le dimanche 2 juin à 11h au Port de la Jonction de Decize!!

Personnellement j'ai déjà mon petit coup de coeur !!! 

Véronique Blandin

 

lejouraussi

 

 

laplusjeune

 

 

jarrivaispasadormir

samhain

 

 

 

 

chiensbleus

elleetlui

 

 

 

 

 

CVT_Aux_Fils_du_Calvaire_5993

Posté par veromel58 à 15:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 avril 2019

Le dernier recueil de David Thomas ...

 

davidtvero

David Thomas et moi (2015 Salon de la nouvelle de Decize)

Je vous en ai souvent parlé sur mon blog et notamment en mai 2018. David Thomas un auteur, un homme exquis. J'ai eu l'immense bonheur de le rencontrer et de beaucoup discuter avec lui. Ses livres sont pour moi de grands trésors. Il est le roi de la micro-fiction. Il est d'une grande humilité, d'une grande gentillesse et il pose sur la vie et l'écriture les mêmes regards que les miens. Nous aimons tous les deux un grand monsieur de la nouvelle : Raymond Carver.

N'hésitez pas à lire et relire ses précédents recueils : La patience des buffles sous la pluie, Je n'ai pas fini de regarder le monde, On ne va pas se raconter d'histoire et ses deux romans : Hortensia et Un silence de clairière !!

Aujourd'hui, je vous parle de son recueil : Le poids du monde est amour. Un recueil de micro-nouvelles comme il sait si bien les écrire ! 

 

Il nous parle d'amour sans détour. A travers ses histoires, on passe par tous les sentiments et l'amour est étudié sous toutes ses formes : la passion, la rupture, l'usure du couple, l'adultére, les fantasmes, l'érotisme ... 

Les mots sont posés avec précision et sans détours. On ne se lasse pas de la plus petite des histoires à la plus élaborée. On s'identifie souvent, on s'étonne, on s'émeut beaucoup, on rougit aussi mais jamais on ne s'offusque. David Thomas parle avec délicatesse de tous ces sentiments qui peuvent nous animer et ne laisse pas la place au pathos ! Il est un orfèvre hors pair, ciselant ses phrases avec précision ! 

J'espère vous avoir donné envie de le lire, pour ma part je vais le relire ...

Et en mars dernier il vient de sortir : Un homme à sa fenêtre ! Un autre recueil de micro-fictions que je vais m'empresser d'aller acheter !! 

Véronique Blandin

 

Posté par veromel58 à 17:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2019

"La diseuse de réponses" ... Mado la niçoise

2018_IMG_MadoLaNicoise_COUV_HD_plat1_

J'ai vu un certain nombre d'humoristes sur scène : Les vamps, Bigard, Palmade, Smaïn, Magdane... mais Mado la niçoise c'est celle que je voulais voir absolument et celle qui a ma préférence et de loin, pour des tas de raisons. Quand mon amie Eliane m'a dit qu'elle passait à Nevers , je n'ai pas pu résister et j'ai foncé acheter des places.

Depuis des années, je suis fan de cette grande dame du rire qui malheureusement n'est pas assez médiatisée à mon goût !

Noelle Perna est née en 1954 en Algérie, elle est pied-noir comme on dit. Ses parents tiennent un bar et lors de leur retour en France, à Nice, ils ouvrent aussi un établissement portant le joli nom de "Bar des oiseaux". C'est tout naturellement, que Noelle prend la reléve et derrière le comptoir son amour pour le milieu artistique prend le dessus. En 1999, elle ouvre un théâtre à coté de son bar. Après beaucoup d'aventures théâtrales, en 2003 elle créée le personnage de Mado et commence alors la formidable aventure. Plusieurs spectacles, avec la truculente niçoise comme personnage récurent, voient le jour : Mado la niçoise, Mado fait son show, Mado à sa fenêtre, Mado prend racine, Super Mado, et son dernier Certifié Mado !

Noelle Perna joue aussi dans quelques films et un téléfilm avec Line Renaud. Elle est aussi une femme de coeur, marraine de certaines associations lutant contre le cancer et pour l'écologie.

La représentation qu'elle donne à Nevers est en faveur de la recherche sur la maladie de Charcot, organisée par la MSA de Bourgogne.

 

A travers ce personnage haut en couleur, Noelle Perna aborde tous les sujets : L'homosexualité, la politique, les relations entre les hommes et les femmes, etc

Tout au long du spectacle, avec sa gouaille inimitable, à travers son accent du sud, elle nous donne les larmes aux yeux tellement les rires se succèdent  mais aussi par sa sensibilité, quelques notes de poésie, un brin de philosophie !

Dans ce dernier spectacle, "Certifié Mado", elle se dit la "diseuse de réponses". Pas une minute de pause, une énergie exceptionnelle, les rires s'enchainent. Elle évoque son fils Toinou, ici "chef de la lumière" mais pas "allumé à tous les étages" semble t-il. Et dans les coulisses, celui que l'on ne voit pas mais qui joue le rôle d'accessoriste fantaisiste, son mari Albert, qui n'est pas épargné, et à travers lui la gente masculine !

Je ne verrai plus la Saint Valentin comme avant grâce à Mado .... moment exceptionnel du spectacle !!

Un décor plus que minimaliste, une seule chaise, et quelques accessoires (des lettres, une tenue de bricolage ...) Mado et sa robe rose nous entraîne sans une minute de répit, dans un univers proche des gens. Elle dégage une telle énergie que le temps passe bien trop vite. Et comme elle le souligne elle même : "Ce n'est pas le temps qui passe, mais nous qui ne faisons que passer !"

J'ai eu la chance d'être toute proche de la scène et j'ai pu voir le travail formidable de la comédienne au plus près ! La performance est a souligner !

Je n'ai qu'une envie revoir cette grande dame sur scène et pourquoi pas échanger avec elle.

A noter qu'elle sera à Bourges le dimanche 16 juin 2019.

Véronique Blandin

Posté par veromel58 à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2019

Retour avec "Vent du Morvan".... numéro 70

 

IMG_0570

 

Il y a des pauses qui s'imposent, des moments de reculs nécessaires mais je comprends désormais que ce que l'on est vraiment nous rattrape, ce qui nous fait vraiment vibrer ne nous quitte jamais et ce pourquoi l'on est fait réellement on ne peut pas le refouler.

Je reviens donc alimenter mon blog et je reprends doucement ce qui me tient le plus à coeur dans ma vie : l'écriture !!

Parce que, comme je le pense depuis toujours, sans les autres nous ne sommes rien, ma rencontre avec Monsieur Perraudin confirme tout cela ! Il a pris contact avec moi et après un très bel échange et de belles discussions, il a écrit ces très beaux articles : mon témoignage sur la fête foraine de Decize et sur mon livre. Je suis très heureuse et touchée de les lire dans Vents du Morvan  printemps 2019. (pages 57 à 59 Decize cité reine de la fête foraine) !

Monsieur Perraudin a su retranscrire et déceler en moi,  mon attachement à ma ville natale, et au Morvan - ma région, qui coule dans mes veines et dans mon coeur, où mes racines y sont si profondes- . Et ce qu'il a écrit sur mon livre "De l'autre côté de votre monde" (pages 59 et 72), m'a redonné l'envie de refaire des salons et des séances de dédicaces et surtout de poursuivre mes projets d'écriture, en solo et de nouveau avec les amis !!

Je vous conseille de vous procurer le dernier numéro de Vents du Morvan. Vous pourrez donc découvrir la fête foraine de Decize ; un article de Pierre Volut sur Saint Aré, une nouvelle de Pierre Vaude "Les frasques de Pierrot et de Dick le chien berger", un article sur l'auberge du Sommant, etc et toutes les rubriques : nature, société, culture ....

Merci à Monsieur Perraudin pour ce partage, pour l'interet porté à mes écrits, pour ce qu'il a rallumé en moi.

L'aventure continue et reprend de plus belle...

Voilà le lien pour découvrire "Vents du Morvan" sur le net :

http://www.ventsdumorvan.org/

 

Véronique Blandin

 

 

 

Posté par veromel58 à 22:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]